An A-Z Guide To The Search For Plato's Atlantis

Latest News

  • Joining The Dots

    Joining The Dots

    I have now published my new book, Joining The Dots, which offers a fresh look at the Atlantis mystery. I have addressed the critical questions of when, where and who, using Plato’s own words, tempered with some critical thinking and a modicum of common sense.Read More »
Search

Recent Updates

Archive 7144

1 | 2005

Ancient Heritage Traditions

Did the Ancients know America? A controversial issue in the sixteenth and seventeenth centuries

Germaine Aujac

  1. 163-191

SummaryIndex | | Plan Text| Notes IllustrationsQuoteAuthor

Summaries

FrenchEnglish

In the aftermath of the great discoveries, historians of the New World, geographers, scholars, asked themselves the question: could the Ancients have known America? Opinions were divided. In addition to Plato’s Atlantis, distant islands were mentioned, described by Diodorus of Sicily or Ps. Aristotle. The reference to the island of Taprobane-Ceylon, in Pliny the Elder, served to show that, in antiquity, it was not unknown that the torrid zone was partially inhabited. But there were also many skeptics. The appeal to Latin authors, poets or prose writers, or to some Greek authors, often read in the Latin translation, proves in any case that in the sixteenth and seventeenth centuries, classical teaching and culture were still widely trusted. But this one was essentially Latin and literary; the great Greek scientific texts were often ignored, at least in the West.

Top of Page

Index entries

Keywords :

great discoveriesAmericaNew WorldAtlantisPliny the EldergeographersTaprobane

Keywords :

great discoveriesAmericaNew WorldAtlantisPlinius the EldergeographersTaprobane

Top of Page

Plan

  1. Some actors in the controversy
  2. The main authors invoked

Plato, the Timaeus and Atlantis

Diodorus of Sicily (c. 90-20 BC J.-C.), the Historical Library

Ps. Aristotle, the De Mundo, the De Mirabilibus Auscultationibus

Pliny the Elder (23-79), Natural History

Seneca (4 BC–65 AD), Medea

Festus Aviénus (fourth century), Ora Maritima

III. Other useful but unused texts

Other possible “inhabited worlds”

The Southern Hemisphere

The torrid habitable zone? The temperate equator?

Conclusion

Top of Page

Full text

PDF 352kReport this document

  • 1On this planisphere, cf. G. Aujac, ” Maps in modern Greek printed in Padua in 1700 (…)
  • 2Chrysanthos Notaras ( 1665-1733), nephew of patriarch Dositheus of Jerusalem, whom he succeeded in (…)

1Planisphere 1 printed in Padua in 1700, which had been put in Greek by Chrysanthos Notaras 2, “priest and archimandrite of the Most Holy Patriarchal and Apostolic See of Jerusalem”, bore, in the hemisphere representing the New World, the explicit mention, “Atlantis, the island of Plato”. This map of the old and new world illustrated the Introduction to Geography and the Spherical (in Greek) which was published in Paris in 1716; one of the chapters of this treaty (Section IV, Chapter 19) asked the question: “If the Ancients knew America.” Answering in the affirmative, Chrysanthos Notaras evoked, among other things, the arguments proposed by the German geographer Philippe Cluvier (1580-1623), author of an Introductio in universam geographiam tam veterem quam novam, published in Leiden in 1624 and republished many times. He added those proposed by the Dutchman Gerard Jean Vossius (1577-1649), who, in his De quatuor artibus popularibus, published in Amsterdam in 1650, was nevertheless skeptical about the validity of the hypotheses formulated by those who wanted to demonstrate that the Ancients could have known America.

  • 3 O. Boura, Atlantis. Généalogie d’un mythe, Paris, Arléa, 2003.

2In the centuries following the discovery of the New World, in fact, many geographers, philologists, scholars, men of letters took sides in these debates by relying on certain passages of ancient texts, Greek or Latin, even biblical, to which a prophetic value was often attributed 3. After recalling some of the authors who intervened in this controversy, we will examine the works or rather the fragments of works most often cited in support of their theses; we will then wonder why other, more explicit texts have not been included in the file.

  1. Some actors in the controversy

3Is it necessary to recall that Christopher Columbus, discovering a world still unknown, thought he had simply reached the Indies, of which the maps of Ptolemy had spread the knowledge? Hence the name West Indies first given to America, and which persisted for quite a long time, reinforced by the similarity that was observed between the climate and the fauna of the two Indies.

  • 4 G.F. deOviedo, Historia general y natural de las Indias, éd. J. Perez de Tudela Bueso, Bibliot (…)
  • 5The Mainland was, as opposed to the islands, the coastline of the Caribbean Sea, towards Colombia (…)
  • 6J. Solin (fl. 200 AD) J.-C.), author of a geographical summary of the known world of which the main (…)

4One of the first to describe the New World was the Jesuit Gonzalo Fernandez de Oviedo (1478-1557) who had reached the Indies in 1514 and returned there several times, mainly in Colombia and Santo Domingo. After a Sumario de la natural historia de las Indias, published in 1526, in Toledo (translated into Italian by Batisto Ramusio in 1534), he produced a Historia general y natural de las Indiasislas y Tierra Firma del mar Oceano in twenty books, which appeared in 1535, in Seville 4: he took Pliny the Elder as a model and meticulously described the flora and fauna he had observed in Central America, as well as the customs of the inhabitants. Against Pliny, however, who believed the torrid zone uninhabitable, Oviedo argued that it was inhabited, “as we have experienced in The Mainland 5 of the Indies” (Historia General II, 1). Convinced that the Ancients knew where these Indies were, he saw in the island beyond Gibraltar, discovered by Carthaginians and quoted by Aristotle – to whom he attributed the De Mundo – “one of those that are in our Indies from below, such as Hispaniola, Cuba, or perhaps part of the Mainland”. But anxious to legitimize Spanish domination over the New World, he maintained that “these Indies are the famous Hesperides islands, so called of the twelfth king of Spain named Hesperus”, of the Hesperides that Solin 6, in his Wonders of the World (chap. 68), placed forty days of navigation of the Gorgons (sc. Cape Verde).

  • 7 F.L. deGomara, Primera parte de la Historia general de las Indias, pp. 155-294 in Biblioteca de (…)
  • 8Ophir and Tharsis are fabulously rich places, evoked in the Bible, where King Solomon bewilders (…)
  • 9The verses of Seneca’s Medea will be presented in the second part of the article.

5Francisco Lopez de Gomara (born 1510 in Seville), publishing in 1552 in Zaragoza 7 a Historia de las Indias, disagreed with the identification of the New World with the Hesperides. After recalling what Plato says about Atlantis in the Timaeus and the Critias, he added (p. 292): “Today, we must no longer dispute or doubt this island Atlantis, since the discovery and conquest of our Indies fully clarify what Plato wrote […] Thus we can say that our Indies are the island and land of Plato, and not the Hesperides, nor Ophir nor Tharsis 8 as some moderns have claimed.” Besides, wasn’t the poet Seneca 9 a good prophet “in his tragedy of Medea, touching this New World that we call the Indies? Because it seems to me that this discovery confirms his words point by point, and that our Spaniards and Christopher Columbus have fulfilled his prophecy.” Many reasons therefore to believe that the Ancients knew or sensed the existence of the New World. Gomara, who was chaplain to Fernand Cortez, the conqueror of Mexico, devoted the second part of the Cronica general de las Indias to the story of this conquest.

  • 10Peru had been discovered in 1528; in 1535, Pizarro founded Lima. José de Acosta had learned (…)
  • 11The following books were written in Spanish, Spain. Books III and IV deal with the (…)
  • 12Historia I, 7-8; Lactance, the Christian apologist who died in 323, denied their existence. Saint Au (…)
  • 13Historia I, 9-10. The Ancients divided the globe into five zones, two glacial zones (…)
  • 14The ancient texts invoked, all of which are more or less the same among the various authors, will be (…)

6A little later, José de Acosta (1539-1600) who had spent about fifteen years in Peru 10, mainly in a Jesuit college installed on the shores of Lake Titicaca, and then three years in Mexico City, composed in Latin, while he was in Peru, the first two books of his Historia Natural y Moral de las Indias which contains seven 11 . He evoked the opinions of the Ancients, some of whom refused to believe in the existence of an unknown World, populated by inhabitants, while philosophers in general did not exclude this possibility. Were there 12 antipodes? Was the torrid zone 13 uninhabitable? could we cross the Ocean? So many questions that had received various answers in antiquity 14. José de Acosta discusses them, with ancient texts in support.

  • 15He adds: “As for me, I do not have such reverence for Plato” (Hist. I, 22).

7But, if all men are descended from Adam and Eve, as Scripture requires, how could the New World have been populated? Since the crossing by sea was practically impossible before the discovery of the magnet stone (Hist. I, 16-17), one can imagine that men were thrown by the storm and against their will on the unknown shores (Hist. I, 19), but it is more likely that the first inhabitants of the West Indies arrived there by land (Hist. I, 20): “I conjecture that the New World, which we call Indies, is not completely distinct from the Old or separate from it… I hold that both earths, in some place, join and continue, or at least get close and close. As for Plato’s account of Atlantis, Acosta judges it incredible 15, as he rejects the interpretations of Proclus, Porphyry or Origen, which insist on the veracity of the story told to Solon by the Egyptian priests: it is in any case not through this island, disappeared, that the Indians were able to arrive in the New World (Hist. I, 22). If Atlantis existed and then was swallowed up, it cannot be America.

  • 16It is a valley of Greece, between Olympus and Ossa, whose beauty Virgil sang.

8In Book II, José de Acosta paints an idyllic picture of this area wrongly said torrid by the Ancients: it is in fact temperate and much less dry than they represented it. From which he concludes: “What the poets sing of the Champs-Élysées and the famous Tempé 16, and what Plato tells us or leads us to believe about his famous Atlantis, men would certainly find in these lands, if with a generous heart they preferred to be masters, rather than slaves, of their money and greed” (Hist. II, 14).

9The Natural and Moral History of the Indies, one of the first scientific works on the New World, was a great success. Published in Spanish in Seville in 1589, it was translated into Italian (1596), French (1598), German (1598), English (1604), Dutch (1698) and Latin (1590). Later geographers owe much of their knowledge to him.

  • 17 Botero was best known in his time for his political opinions and economic studies (…)
  • 18The three historians of the New World presented here were Spaniards, familiar with the essen (…)
  • 19The island of Taprobane is present-day Sri Lanka (Ceylon), which Greek geographers placed around 12° (…)
  • 20The last two books of that first part are devoted to the description of the New World (…)

10It was in his Relazioni Universali, published in Vicenza in 1595 (in three parts), then in Brescia in 1599 (in four parts), and especially in Venice in 1599, 1602, 1607, etc., that the Italian Giovanni Botero (1540-1617), who had never left Europe 17, in turn entered the arena. The first part of the Relazioni offered descriptions of Europe (l. I), Asia (l. II), Africa (l. III), each accompanied by the corresponding map. Book IV of this first part opened with the famous controversial question: “If the Ancients had knowledge of the New World”. The argument used the usual themes, considering that the New World was located in torrid zone 18, well beyond Gibraltar. And this scorching area is inhabited, contrary to the opinion of Aristotle and many Elders. Moreover Pliny who tells the journeys of Hannon the Carthaginian and Eudoxus of Cyzicus around Africa, and who describes the island of Taprobane 19, knew well, says Botero, that a large part of the torrid zone is habitable. Like d’Acosta, G. Botero points out that the Ancients had no way to cross the Ocean, since they were unaware of the powers of the magnetic needle, revealed only to Europeans around 1300. But he disputed the statements of his predecessor, named by name, about the temperate climate of the New World, and about its resources, superior to those of the Old World. On the other hand, he developed the same hypotheses as him about the origins of the settlement of America, concluding with him that the inhabitants of this long-unknown continent had come from Europe or Asia by land routes, north or south 20.

11Oviedo, Gomara, de Acosta and Botero, the Spaniards and the Italian, were united by the same faith and by a formation similar to the Jesuit school. Their work, rich in information of all kinds, gives a large place to religious considerations. Quite different is the project of the German Philippe Cluvier (1580-1623), whose Introductio in universam geographiam tam veterem quam novam quickly became the reference work for anyone dealing with geography.

  • 21This geographical sum had numerous editions throughout theseventeenth century, three in Leiden (…)

12Born in Danzig, and after travels to Germany and Poland, Cluvier began studying law in Leiden, but soon developed a passion for history and geography, taught by Joseph Scaliger, a Protestant philologist (1540-1609). He took part in campaigns in Bohemia and Hungary, was taken prisoner, then traveled to England, Scotland, France, Italy to settle permanently in Holland where, after 1616, the Academy of Leiden granted him a regular pension which allowed him to devote himself to the writing and publication of his works: Germania Antiqua in 1616, Siciliae antiquae libri duo, Sardinia et Corsica antiqua in 1619, Italia antiqua, published after his death in 1624, and finally his grande Introductio, in six books 21, published in Leiden in 1624.

13Philippe Cluvier, as we could see from the title of his previous publications, is mainly interested in the old world. Book I of the Introductio summarizes the teaching of the Ancients in mathematical geography; Dealing with navigation on the Ocean, it refers to the journeys of Hannon and Eudoxus evoked by Pliny (Hist. nat., II, 169). Books II, III and IV contain a detailed description of Europe, “the most famous and famous part of everyone, both for the fact of arms and for the honor of literature” (II, 1). Book V is devoted to Asia, Book VI to Africa and America. Thus, of the six books of this geographical sum so famous, only the last part of Book VI deals with America.

14In chapter 11, entitled “General Description of America,” Cluvier states, “One could draw some evidence from the writings of Plato and Diodorus that it was formerly recognized by the peoples of Europe.” He quotes the Timaeus with the account of Atlantis, Book V of Diodorus of Sicily where is evoked a great island beyond the Columns of Hercules that would have reached, by mistake, Phoenicians swept away by the storm: “Now this island, if we consider its situation and its grandeur, can not be other than that which is vulgarly called America.” But Cluvier continues: “More the author of the little book Of the World that is attributed to Aristotle or Theophrastus, of which the Latin version was made by Apuleius, says that there are other great islands besides Europe, Asia and Africa, and so no doubt these Elders heard of America.”

  • 22Aujac, ” Cartes géographiques “, p. 169.

15Before closing this chapter, Cluvier recalls that “this land is named by some Western India, especially since it was discovered at the same time as Eastern India, and also that the peoples of both live in the same way; for they go naked as they go. The great fame of Cluvier geographer, who had no doubt that the Ancients could have had knowledge of a mysterious continent that would have been America, meant that the texts invoked in favor of this thesis, the Timaeus, the Library of Diodorus, the De Mundo, were very widely taken up and commented on by his successors. The Tabulae geographicae published in 1699 by the Seminary of Padua 22, the first part of which was to be used “for geography in general, but preferably for the illustration of the Introduction of Cluvier”, opened with a general map in two hemispheres, drawn up by N. Sanson and dated 1694: the hemisphere reserved for the American continent, very schematized, was described as “Atlantis, Plato’s island”, an indication later given in Greek by Chrysanthos Notaras in his own planisphere, printed in Padua in 1700 (cf. plate 5).

Plate 5: Map of the ancient and modern world in two hemispheres, attached to the Introduction to Geography and the Spherical by Chrysanthos Notaras (Bibl.Universitaria, Padova).

Enlarge Original (png, 303k)

  • 23Accused of being a supporter of Arminius, the Protestant theologian whose doctrine, softer than cell (…)

16Another important player in the controversy was the Protestant theologian Gerard Jean Vossius (1577-1649), who studied in Leiden, was director of the College of States there from 1615 to 1618, then, after a short disgrace 23, professor of history at the University (1622-1633), before ending his career in Amsterdam.

  • 24This Magellanic or southern land included everything south of the Strait of Mage (…)
  • 25Vossius refers here to de Mundo, which was often attributed at the time to Aristotle.
  • 26 Diodorus of Sicily, Bibl. hist. II, 55-60, and Strabo, Geogr. II, 5, 13.
  • 27The original edition of the Œuvres d’Aviénus, obtained by G. Valla and V. Pisani, had been printed (…)

17This Dutch humanist, who knew Greek, Latin, Hebrew, as well as mathematics, philosophy or theology, is the author of numerous treatises, gathered after his death in an ensemble published in Amsterdam, by J. Blaeu, in 1650 and 1660, under the title De quatuor artibus popularibus, de philologia et scientiis mathematicis . The four “folk arts”, treated in five chapters, are grammar, gymnastics, music and painting. Philology is detailed in twelve chapters, the eleventh of which is devoted to geography. Vossius declares (XI, 27): “It is necessary to know the unknown regions of the Ancients. In the past, only three continents were known. There is also America or Western India and Magellanic 24 or Southern Land […] For many scholars, the Ancients seem not to have totally ignored these two continents. They think that refers to America what Plato says about Atlantis, and what Aristotle 25 reports from the expeditions of the Gaditan Phoenicians to an unknown region and the navigation of the Carthaginians to a large and deserted, but fertile island. In the same way they think that look at the Austral what can be read from the itinerary of Iambulos to Diodorus of Sicily in book II. Even Strabo, in Book II, says that it is likely that there are other lands than those then known.26 And above all it is clear in Festus Aviénus 27 in its description of the maritime coasts. »

18In the third part, devoted to Mathematical Sciences, chapter XLII is reserved for geography. Vossius recalls (XLII, 10) that “the other continent was ignored by the Ancients but is known to us. The so-called America or Western India was discovered by Christopher Columbus in 1492. He refers to the verses of Aviénus, quoted in De Philologia, evokes Plato’s Atlantis and even takes the opportunity to criticize the translation given by Marsile Ficin (1433-1499) of one of the passages of the Timaeus. Then he quotes Proclus, who, in his Commentary on the Timaeus, recalls the opinion of Crantor, plato’s first interpreter, who held the story of Atlantis to be true. Vossius also appeals to the authors who spoke of the existence of mysterious islands located beyond the Columns of Hercules, Aristotle in the De Mirabilibus Auscultationibus, or Diodorus in Book V of the Historical Library. Referring to the island described by Diodorus, Vossius said: “Many think that this island is America,” but he himself remains skeptical about the identification with the New World of one or the other of these islands.

19As for Chrysanthos Notaras (c. 1665-1733), the Greek scholar who was Patriarch of Jerusalem, he had to write most of his Introduction to Geography and the Spherical while he was in Padua, around 1700, and had his planisphere printed there. In this book of 153 pages, divided into four sections, it is the spherical that takes the lion’s share, occupying the first three sections. Section IV first includes a theoretical part, making maps, distance evaluation, orientation, etc. (pp. 117-139); it is only in the last thirteen pages (140-153) that the continents, Europe, Asia, Africa, America are succinctly described; In the 19th and final chapter (pp. 149-153), Notaras finally asks the question: “If the Ancients knew America.”

20He first takes up the arguments evoked by Philippe Cluvier: the island atlantis, the mysterious island discovered by the Phoenicians at Diodorus of Sicily, the large islands evoked in the De Mundo, attributed either to Aristotle or to Theophrastus. ” Cluvier concludes that the Ancients knew a land other than the Old World, and it could be America. »

  • 28For Strabo and for most Greek geographers prior to Ptolemy, the known world does not occu (…)

21Other authors, however, of contrary opinion, maintain that America was ignored by the Ancients, and invoke in support of their thesis the silences of Ptolemy and Strabo. But Chrysanthos is convinced that they are wrong and he gives proof of this. Strabo, for example, clearly stated his intentions when he proclaimed: “The purpose of the geographer is to describe the inhabited world in its known parts, to neglect the unknown lands, as well as what lies outside of it.” (Strabo, Geogr. II, 5, 5). A little further, comparing the northern temperate zone, on the surface of the globe, to an artichoke head, the Greek geographer specified the mission devolved to geography: “The detailed examination of the terrestrial globe or of the entire artichoke head for the area studied is a completely different science, as well as the question of whether the artichoke head is also inhabited in the other quarter 28 ; indeed, if so, it is certainly not inhabited by locals; it is then necessary to assume the existence of another inhabited world, which is plausible. But we only have to talk about our own. (Strabo, Geogr. II, 5, 13). This explains Strabo’s voluntary silence on an unknown continent whose existence he considers plausible, but which, from his point of view, has no interest in a geographer anxious to be useful to his contemporaries and especially to the elite of rulers.

  • 29José de Acosta had already indicated “that some authors believed that Ofir means Peru in the (…)

22After these objections to the words of those who refuse to believe that the Ancients had any knowledge of this new continent, Chrysanthos borrows from Vossius the quotations from Seneca’s Medea and Festus Avienus’ Ora Maritima. And he ends by evoking, in support of his thesis, what is said of Tarshish “in the second book of the Paralipomenes 9, 21″: king Solomon’s ship would have gone there, then returned after three years, full of gold and silver 29. As a result, “many thought it was Peru, a province of South America; for in Solomon’s time America was known. »

  • 30Meletios had gone very young to learn in Veneto where he was in contact, through the intermediary of (…)

23This was not the opinion of Meletios 30 d’Arta (1661-1714), a Greek from Joannina who, before being Archbishop of Athens, had taken advantage of a three-year forced stay in Naupacte (1698-1701) to write in Greek an Ancient and New Geography which was published only after his death (Venice, 1728). After some generalities of mathematical geography (pp. 1-41), Book I described Europe (pp. 42-441), Book II Asia (pp. 442-571), Book III Libya (pp. 572-608), Book IV America (pp. 609-620). From the first chapter of Book IV, Meletios asked the question: “Was this America known in ancient times? This seems insecure and doubtful. It is more plausible that it was totally ignored; but others argue the opposite”, invoking Plato in the Timaeus, Diodorus of Sicily in Book V, the De Mundo whose author is not known to be Aristotle or Theophrastus. But, concludes Mélétios, all these arguments are easily swept away.

  • 31Climata are bands parallel to the surface of the globe of varying width, which (…)

24In an excursus that is located at the end of the chapter devoted to the 31 zones and climates of the earth, reviewing the main authors who have distinguished themselves in geography, Mélétios cites, among the moderns, Jean Botero and Philippe Cluvier, which hardly surprises us.

25Thus the question of whether America was known or not to the Ancients, occupied a fairly large place in the discussions of the humanists of the sixteenth and seventeenth centuries, still all penetrated by classical culture. Montaigne (1533-1592) also, in the Essays published in 1588, evoked Plato’s Atlantis, but he continued: “There is not much appearance that this island is this new world that we have just discovered; for it almost affected Spain, and it would be an incredible flooding effect to have retreated it, as it is, by more than twelve hundred leagues. (Les Essais, I, 31). He recalled a little further that “the other testimony of Antiquity to which we want to relate this discovery is in Aristotle, at least if this little book Of Incredible Wonders is his. He recounts there that some Carthaginians, having thrown themselves across the Atlantic Sea, out of the Strait of Gibraltar, and sailed for a long time, had finally discovered a large fertile island, all covered with wood and watered by large and deep rivers, far from all firm land […] This narration of Aristotle also does not agree with our new lands. (I, 31)

  1. The main authors invoked

26Thus, it is the same passages of the same ancient authors that are quoted, all the time, even if each supporter of one thesis or the other tried to bring new arguments; but the literary texts, the only ones used by humanists (who are disinterested in scientific treatises), are neither very numerous nor very explicit.

Plato, the Timaeus and Atlantis

  • 32 Plato, Timaeus, Critias, ed. and trans. A. Rivaud, Paris, C.U.F., 1925 (6thtir. 1985) or Plato (…)

27Plato’s Atlantis is the obligatory reference by those who want to see, or who refuse to see, the newly discovered continent. The Timaeus, one of Plato’s most difficult to access dialogues 32, has been studied and commented on throughout the centuries. The Latin version composed in the sixth century by Chalcidius, then that provided by Marsile Ficin in the fifteenth century, have greatly facilitated access in the Western world. The myth that introduces it (20d-25d), relating the history of the disappeared continent, seems to be relatively easy to interpret; yet it has caused much controversy.

28″Oyez, therefore, Socrates, a very singular but absolutely true story, as Solon, the wisest of the seven sages, once said” (20d): this is how Critias announces the account he is going to make, transmitted by Solon who himself received it from Egyptian priests. It first celebrates the virtues of ancient Athens, in “a time, before the greatest destruction by the waters, where the city which is today that of the Athenians was, of all, the best in the war and singularly the best polished in all respects” (23c). Among the feats accomplished by this exemplary city, “one especially prevails over all the others in grandeur and heroism. Indeed our writings report – it is the Egyptian priest who speaks – how your city once annihilated an insolent power that invaded both all of Europe and all of Asia and threw itself on them from the bottom of the Atlantic Sea. Because, at that time, you could cross that sea. She had an island, in front of this passage that you call, you say, the columns of Hercules. This island was larger than Libya and Asia combined. And the travelers of that time could pass from this island to the other islands, and from these islands they could reach the whole continent, on the opposite shore of this sea. (24th). The invaders from Atlantis were repulsed by the Athenians alone, who thus liberated “all the other peoples and ourselves who dwell within the columns of Hercules. But in the time that followed, there were terrible earthquakes and cataclysms. In the space of a single terrible day and night, your whole army was engulfed in one fell swoop under the earth, and likewise atlantis was damaged into the sea and disappeared. That is why, even today, this Ocean from there is difficult and unexplorable, by the obstacle of the muddy and very low bottoms that the island, by engulfing itself, has deposited. (25c-d). The detailed description of Atlantis, poseidon’s lot, is found in the Critias, a dialogue intended to be a continuation of the Timaeus.

  • 33Gomara, Primera parte, pp. 165, 167, 292.
  • 34Proclus of Lycia (410-485), one of the influential figures of Neo-Platonism, taught in Athens to (…)

29Gomara believes that it was for reading the Timaeus and the Critias that Christopher Columbus went in search of Marco Polo’s rich Cipango, and he concludes that the Indies are the island or land of Plato 33. José d’Acosta quotes only the Timaeus, in chapter 12 of book I, entitled: “Of Plato’s feeling about this Western India”; according to him, “if anyone has dealt more particularly with this Western India, the glory goes to Plato, in the Timaeus“. Botero makes no reference to Atlantis, which he probably considers a mere fable. Cluvier, on the other hand, summarizes the passage of the Timaeus evoking this disappeared continent: he sees in it a proof that America was formerly recognized by the peoples of Europe (Introductio VI, 11). As for Vossius the Dutchman, without openly taking sides, he appealed to the Commentary of the Timaeus by Proclus 34.

  • 35 L. Taran, ” Proclus on the old Academy “, in Proclus, reader and interpreter of the Ancients, Act (…)
  • 36Origen (185-254), a famous theologian and exegete of biblical texts, “said that the account was (…)

30In the world of Neo-Platonism in fact, the Timaeus, like many of Plato’s other dialogues, has often been commented. Some of these comments are now lost, such as that of Porphyry, but that of Proclus has been preserved. It read: “All this discourse on the Atlantines, some have said that it is purely and simply history, so Crantor, the first exegete of Plato 35 […] Others say that Atlantis is a fable, a fiction that has not the slightest reality but has an indication of eternal realities or subject to becoming in the cosmos. But these people did not even listen to what Plato proclaims, that “the account is undoubtedly very strange, but absolutely true” (20d 8) […] Others do not refuse to acknowledge that these events happened in this way but they say that for the moment they are brought as images of pre-existing oppositions in the universe” (Proclus, Commentary 76, 1-20, trans. Festugière); among the latter, Proclus counted Origen and Porphyry 36.

  • 37The Complete Works of Plato translated into Latin by Marsile Ficin have been the subject of many (…)

31Vossius was one of the few to use the Greek text of Timaeus and his commentators, and to criticize the Latin translation if necessary. The German Cluvier was probably content to resort to the Latin Timaeus of Chalcidius, published in Paris in 1520 and in Leiden in 1617, or more probably to the translation of Marsile Ficin 37, published in Paris in 1536 and 1551. It goes without saying that the Greeks, Chrysanthos and Meletios, read Plato and his commentators in the text.

Diodorus of Sicily (c. 90-20 BC J.-C.), the Historical Library

  • 38 Diodorus of Sicily, The Library, ed. and trans. C.H. Oldfather, London-Cambridge, Loeb Library, (…)
  • 39The description of these more or less mythical eldorados is quite common among authors (…)

32The existence of a large island beyond the Columns of Hercules is evoked by Diodorus of Sicily 38 in his Historical Library, notably in book V, 19: “There is on the side of Libya an island of high seas, of considerable dimensions, located in the ocean at a distance from Libya of several days of navigation to the West. Its soil is fertile, mostly mountainous, but also with a spacious plain of great beauty. There flow navigable rivers used for irrigation, and the island contains many parks planted with trees of various species and gardens in quantity, crossed by freshwater currents; there are also private villas, of expensive construction, and, through these gardens, kiosks for banquets in flower beds; this is where the locals spend their time during the summer, because the land provides in abundance everything that contributes to the pleasures of existence and luxury […] In general, the climate of the island is so mild that it produces in abundance the fruits of trees and seasonal harvests for most of the year, so that it seems that this island, given its exceptional bliss, is the home of gods and not men. The description is idyllic 39; this island, long unknown, would have been discovered by Phoenicians of Gades, pushed by the storm. “The Tyrrhenians, then masters of the sea, intended to send a colony there; but the Carthaginians opposed it, lest many inhabitants of Carthage emigrate there, given the excellent quality of the island, and also to have a place to seek refuge in case of misfortune, if a total disaster caused Carthage to perish. Their idea was that, masters of the sea, they could carry everything, houses and everything, to an island unknown to their conquerors. (Bibl. Hist. V, 20).

33Cluvier uses this account, which he quotes at length, to show that the Ancients were able to know America (Introd. VI, 11). But did he read Diodorus in the text? It is not impossible, but unlikely. It is known that the edition of the Greek text by H. Estienne (Geneva 1559, princeps edition) was preceded by partial translations into Latin or French. Books I to V in particular, translated into Latin by Poggio Bracciolini, were published in Bologna in 1472, while the Latin translation of the whole work, made by different authors (books I to V by Poggio Bracciolini), appeared in Basel in 1548. The Latin translation was probably easier to find and use than the Greek text.

  • 40Diodorus adds (II, 56) that they had their language divided into two parts, so that they could (…)
  • 41Palibothra, capital of North India, is present-day Patna.

34Vossius, who defined two new continents, America or Western India, and Magellanic or Southern Land (De Philologia XI, 27), assures that many scholars “think that look at the Austral what can be read from the itinerary of Iambulos in Diodorus of Sicily in Book II”. This Iambulos, who had gone to Arabia in search of spices, was taken prisoner by brigands, then by Ethiopians who, from the coast of Ethiopia, sent them by sea, he and his companions, to the south with six months of food, in search of a happy island. They found it after four months of storms: it was round, 5,000 tower stadiums, temperate climate although located under the equator: “the fruits ripen there all year round” (Bibl. Hist. II, 56). The inhabitants, beautiful, vigorous, tall 40, led a simple life, well organized politically and morally, and lived one hundred and fifty years without disease. Iambulos, after staying there for seven years, was driven out, along with his companion, for contracting bad habits. Four months of difficult navigation brought them to India where they ran aground on a marsh. The companion died there. Iambulos was first taken to the king of the land residing at Palibothra 41; then he returned to Greece through Persia and wrote the account of his adventures (Bibl. Hist. II, 55-60).

  • 42 for example the map of the Pacific Sea, drawn up by Abraham Ortelius in 1589, and included in (…)

35Is this Eldorado located under the equator, described by Diodorus, a prefiguration of the unknown southern land, which the maps of the sixteenth and seventeenth centuries 42 represented with very imprecise contours, and which extended to the south pole? It is less than likely, but the scholars of which Vossius speaks did not hesitate to fire all wood.

Ps. Aristotle, the De Mundo, the De Mirabilibus Auscultationibus

  • 43 Ps. Aristotle, Du Monde, trad. et notes J. Tricot, Paris, Vrin, 1990. But G. Realeand A.P. Bo (…)
  • 44For Poseidonios of Rhodes, or apamea ( 135-50), whose entire work is lost, cf. K. Reinha (…)

36Another text that is often referred to is the De Mundo, which was then hesitant to attribute to Aristotle 43, also proposing Theophrastus as a possible author. It is now thought that the writer of this small treatise would be a peripatetician strongly influenced by Stoicism, perhaps a disciple near or far of Poseidonios. This famous philosopher 44, very interested in scientific questions, would have composed among others two (lost) treatises, Elements of Meteorology, and Du Monde, which would have inspired, probably in the first century of our era, the author of the current De Mundo.

37In chapter III, the probable existence of other lands, apart from the then known world, is mentioned: “Common language has divided the inhabited land into islands and continents, ignoring that the earth is entirely one island, which bathes around the Atlantic Sea, as it is called. But it is likely that there are several other continents separated from ours and located on the other side of the water, some larger than this one, the others smaller, but all, with the exception of ours, invisible to our eyes. Indeed, what the islands of our world are in relation to our seas, the inhabited world is in relation to the Atlantic Sea, and many other continents in relation to the sea taken as a whole, because they are like very large islands bathed by immense seas that surround them. (392 b). We read a little further: “Among the islands, some are large islands, like the whole of what has been called the inhabited land, but there are many others, bathed all around by immense seas. ” (393 a).

  • 45 Apuleius, Philosophical Pamphlets (From the God of Socrates, Plato and His Doctrine, From the World) and Fra (…)
  • 46 L. Minio-Paluello, Opuscula – The Latin Aristotle, Amsterdam, Hakkert, 1972, pp. 108-113.

38Cluvier, who cites this treatise, read it not in the text but in the Latin translation, elaborated by Apuleius 45 (c. 125-170), who widely disseminated its content. Moreover, in addition to this translation of Apuleius, contained in his Complete Works, the original edition of which was published in Rome in 1469 and which enjoyed a dozen editions until about 1600 (including one obtained by Scaliger in Leiden in 1600 precisely), there were two other Latin translations 46 made from Greek in the thirteenth century, one by Nicolo Siculo, which was printed in Venice in 1496, the other by Bartholomew of Messina, which remained in manuscript form. In the fifteenth and sixteenth centuries, six or seven Latin translations of this treatise falsely attributed to Aristotle were made, and published (like that of Guillaume Budé, Paris, 1526), or simply preserved in manuscript (like that of Jean Argyropoulos, made around 1471).

  • 47 Aristotle, vol. XIV, transl. W.S. Hett, London-Cambridge, Loeb Library, 1980. Montaigne at the (…)
  • 48It seems that Vossius sought guarantors here. John Becan (or Goropius Becanus), born in 15 (…)

39Vossius, who does not quote the De Mundo, evokes on the other hand another pseudo-Aristotelian treatise, a late compilation made between the second and sixth centuries, the De mirabilibus auscultationibus that he had to read in text 47: the princeps edition of Aristotle containing it had appeared by Alde in 1495-1498. But the Latin translation, made around 1260 by Bartholomew of Messina who had specialized in pseudepigrapha, had already been published in Venice in 1482, 1483, 1489, and was published in Basel in 1538. Here is the text to which Vossius alludes, close relative of that of Diodorus of Sicily, in book V: “In the sea beyond the Columns of Hercules, it is said that the Carthaginians discovered a deserted island, bearing trees of all kinds and navigable rivers, and admirable by all kinds of fruits, distant from several days of navigation. The Carthaginians often frequented it because of its prosperity, some even took up residence there; but the leaders of the Carthaginians announced that they would punish with death those who went by boat to this island, and that they would massacre all its inhabitants so that they would not go and tell stories; they feared that a mass of their own would gather on this island to seize it, which would ruin the prosperity of the Carthaginians. (De mirabilibus auscultationibus 84, 336b). Vossius adds that, for many, the island thus described would be America; this would have been the opinion 48 of Jean Goropius Becan, in book III of his Origins of Antwerp, published in Antwerp in 1569, of Adrien Turnèbe, in book XX, chap. 11, of his Adversaria (Paris, 1580) and of Jacques de Pamèle, in his Argumenta et annotationes in Tertulliani opera (Paris, 1635). The accumulation of these diverse references shows that the question of the relationship between the New World and the knowledge of the Ancients did not occupy only geographers.

  • 49Le cercle arctique en question n’est pas notre cercle polaire, mais le parallèle 54° N (ou S), qu (…)
  • 50Météorologiques II, 5, 362 a 33–b 10 : « Il y a deux secteurs habitables à la surface de la (…)

40Quant au véritable Aristote, on lui reprochait en général d’avoir répandu l’idée que la zone située entre les tropiques était « torride » et donc inhabitable par suite de la chaleur. Comme beaucoup d’Anciens en effet, adeptes de la géométrie de la sphère, il considérait que sur le globe terrestre seule la zone tempérée, entre tropique et cercle arctique 49, était habitable, les zones extrêmes, les deux glaciales et la zone torride étant inhabitables par suite du froid ou de la chaleur 50. Or la partie du Nouveau Monde que l’on connaissait le mieux, notamment le Pérou, le Brésil, le Mexique, était majoritairement située entre les tropiques, dans ce que les Anciens et Aristote appelaient la zone torride jugée inhabitable. Pour avoir passé de longues années au Pérou et au Mexique, José de Acosta avait montré et proclamé que ces territoires jouissaient d’un climat relativement tempéré, très agréable en tout cas, et étaient donc particulièrement propices à l’habitation humaine. Si l’on voulait suggérer que les Anciens avaient une certaine connaissance, même imparfaite, de l’Amérique, il fallait trouver dans leur littérature des preuves qu’ils savaient la zone torride habitable, et habitée. Or des preuves en ce sens, on pouvait en trouver en particulier chez Pline l’Ancien.

Pline l’Ancien (23-79), l’Histoire Naturelle

41À Pline l’Ancien, auteur d’une Histoire Naturelle en trente six livres, immense encyclopédie qui dispensait les lecteurs d’avoir recours directement aux sources grecques, José de Acosta emprunte d’abord le récit des périples autour de l’Afrique, qui ne pouvaient se faire qu’en traversant ladite zone torride, et puis ce qui est dit de Taprobane.

  • 51Sur le périple d’Hannon, cf. J. Desanges, “ Les routes africaines de l’aventure, rêve et réalité  (…)
  • 52Pline l’Ancien, Histoire Naturelle II, éd. et trad. J. Beaujeu, Paris, C.U.F., 1950.
  • 53Il s’agit d’Eudoxe de Cyzique, dont l’histoire est racontée avec force détails par Strabon (Géogr(…)

42C’est d’abord le Carthaginois Hannon qui, avant 480 av. J.-C., aurait navigué depuis Gadès jusqu’en Arabie 51. Plus tard, vers 110 av. J.-C., Eudoxe de Cyzique aurait fait le tour de l’Afrique dans l’autre sens. Voici ce que rapporte Pline au livre II 52 : « Alors que la puissance de Carthage était florissante, Hannon fit le grand tour depuis Gadès jusqu’aux frontières d’Arabie et publia le récit de son périple, comme le fit aussi Himilcon que l’on envoya dans le même temps reconnaître les abords extérieurs de l’Europe. En outre Cornelius Népos garantit que de son temps un certain Eudoxe 53, fuyant le roi Ptolémée Lathyre (c. 141-81), sortit du golfe d’Arabie et fit voile jusqu’à Gadès. » (Hist. Nat. II, 169). Ainsi la circumnavigation de l’Afrique, comportant un long séjour dans la zone torride, aurait eu lieu au moins deux fois, mais probablement bien plus souvent. De quoi montrer que les Anciens ont su, par la pratique, que dans la zone située entre les tropiques la vie était possible, contrairement à ce que soutenaient les théoriciens comme Aristote.

  • 54Pline l’Ancien, Histoire Naturelle VI, éd. J. AndrÉ et trad. J. Filiozat, Paris, C.U.F., 1980.
  • 55Dans la conception traditionnelle, d’un globe terrestre abritant peut-être quatre mondes habités (…)
  • 56Mégasthène ( 300 av. J.-C.) fut ambassadeur de Séleucos Nicator auprès du roi Maurya Sandracot (…)
  • 57Ératosthène de Cyrène ( 275-195), l’inventeur du terme geographia et le premier auteur d’un tra (…)

43Autre emprunt que fait d’Acosta à Pline 54, et que d’autres feront, pour montrer que les Anciens savaient une partie au moins de la zone torride habitable, la description de l’île de Taprobane (Hist. Nat. VI, 81-91), que d’Acosta identifie à Sumatra, alors que l’on a l’habitude d’y voir l’île de Ceylan. « (81) Taprobane a été longtemps considérée comme un autre monde, sous le nom de terre des Antichthones 55. C’est l’époque d’Alexandre le Grand et ses entreprises qui ont prouvé manifestement que c’était une île. Onésicrite son amiral a écrit que les éléphants y sont plus grands et plus belliqueux qu’en Inde. Mégasthène 56, qu’elle est partagée par un fleuve, que les habitants sont appelés Palaeogones et qu’ils produisent plus d’or et de grosses perles que les Indiens. Ératosthène 57 en a donné les dimensions : 7 000 stades de long (sc. dans les 1 100 km) et 5 000 de large (sc. dans les 780 km), et indiqué qu’elle n’a pas de villes mais 750 villages. (82) Elle commence à la mer orientale et s’étend face à l’Inde dans le sens Est-Ouest ; on la croyait jadis à vingt jours de navigation de la nation des Prases (sc. des riverains du Gange)… mais la distance fut évaluée plus tard à sept jours d’après la vitesse de nos navires […]. (84) Nous avons parlé jusqu’ici d’après les auteurs anciens. Des renseignements plus exacts nous sont parvenus sous le principat de Claude (regn. 41-54), et même des ambassadeurs sont venus de cette île […]. (87) Ils admiraient chez nous la Grande Ourse et les Pléiades comme en un ciel nouveau, et déclaraient que même la lune n’était visible chez eux que du huitième au seizième jour et que dans leurs nuits brillait Canopus, une très grande et brillante étoile. Mais ce qui les étonnait le plus était que leurs ombres tombaient du côté de notre ciel et non du leur, et que le soleil se levait à gauche et se couchait à droite au lieu du contraire ». Autant d’indications qui plaçaient Taprobane au sud du tropique d’été, prouvant que la zone torride était habitable, au moins partiellement.

Sénèque (4 av.–65 ap. J.-C.), Médée

  • 58Corneille s’en est inspiré pour sa propre Médée.
  • 59 par exemple, Questions NaturellesVII, II, 3 : « Est-ce le monde qui tourne autour de la terr (…)

44Autre argument fréquemment cité : quelques vers de la Médée de Sénèque, le philosophe stoïcien, précepteur de Néron, auteur de dialogues, de traités philosophiques, des fameuses Lettres à Lucilius, mais aussi de tragédies, comme Médée 58, composée vers 63-64, soit très peu de temps avant sa mort programmée par Néron. En 62, il avait commencé à travailler aux Questions Naturelles, où il abordait toutes sortes de problèmes scientifiques 59.

  • 60 Sénèque, Tragédies, t. I, Hercule furieuxles Troyennesles PhéniciennesMédée, éd. et (…)
  • 61Allusion à l’expédition des Argonautes vers la Colchide, sur la rive orientale de la mer Noire, e (…)
  • 62Thulé était l’île mystérieuse, dont avait entendu parler Pythéas le Massaliote, dans son périple (…)

45C’est donc fort de sa confiance dans les progrès incessants de la science qu’il fait dire au Chœur, dans Médée 60, les vers dont ceux qui se rapportent à un futur lointain seront jugés prophétiques par les historiens du Nouveau Monde : « Maintenant la mer est soumise et se plie à toutes nos lois : il n’est nul besoin de l’illustre Argo 61 assemblée par la main de Pallas et sur laquelle les rameurs sont des rois : la première barque venue s’aventure en haute mer ; toutes les limites se trouvent reculées et les villes ont dressé leurs murailles sur de nouvelles terres […]. Plus tard, dans le cours des années, viendront des temps où l’Océan relâchera son emprise sur le monde, où la terre s’ouvrira dans son immensité, où Téthys nous révèlera de nouveaux mondes et où Thulé 62 ne sera plus la limite de l’univers. » (v. 364-379, trad. Ch. Guittard).

  • 63Parmi eux, se trouvait Lopez de Gomara, comme il a été signalé plus haut (p. 164).

46José de Acosta commente : « Beaucoup 63 pensent que Sénèque le tragique fut le prophète de ces Indes Occidentales dans Médée » (Hist. I, 11). Botero, qui apprécie la valeur prophétique de ces vers, reproche à l’auteur d’avoir mentionné Thulé comme limite du monde habité, ce qui suggèrerait une prolongation du domaine connu vers le Nord. Or c’est vers l’Ouest qu’a eu lieu l’extension, par la découverte du Nouveau Monde. Et donc, argumente Botero, Sénèque aurait dû parler de Cadix, et non pas de Thulé, pour que cette prophétie prenne tout son sens.

Festus Aviénus (IVe siècle), Ora Maritima

  • 64 Festus Avienus, Ora Maritima, ed. et trad. A. Berthelot, Paris, librarie anc. H. Champion, 19 (…)

47Vossius, pour montrer que les Anciens avaient l’habitude de naviguer au-delà des colonnes d’Hercule, invoque Festus Aviénus 64, dans les Ora Maritima. Ce poème en vers iambiques décrit surtout la côte, de Marseille à Gadès-Cadix, mais rappelle aussi bien des voyages effectués par les Grecs ou les Carthaginois dans l’Océan Atlantique, vers 500 av. J.-C. Vossius cite un fragment du poème dans le De Philologia (XI, 27), puis rappelle cette citation dans le De Scientiis Mathematicis (XLII, 10).

  • 65Ces îles où l’on se procurait de l’étain étaient appelées par les Grecs Cassitérides. On les situ (…)
  • 66Tartessos, proche de l’embouchure du Guadalquivir, avait été occupée par les Phéniciens, hardis m (…)
  • 67La reconnaissance des côtes atlantiques de l’Europe par Himilcon eut lieu vers 500 av. J.-C., mai (…)

48Après avoir évoqué les mystérieuses îles Œstrymnides 65, « aux larges plaines et aux riches mines d’étain et de plomb », puis Albion et l’Irlande, Aviénus continuait par ces vers qui ont frappé Vossius : « Les Tartessiens 66 avaient l’habitude de commercer aux limites des Œstrymnides : de même les colons de Carthage et les gens répandus autour des Colonnes d’Hercule visitaient ces régions. Le Carthaginois Himilcon 67, qui rapporte avoir lui-même expérimenté cette navigation, affirme que c’est à peine si l’on peut les atteindre en quatre mois. Ainsi nul souffle ne propulse le navire, l’eau de cette mer paresseuse semble engourdie. Il ajoute que du fond montent une multitude d’algues qui souvent retiennent le bateau comme une haie ; néanmoins, dit-il, la mer est sans profondeur, à peine une mince couche d’eau recouvre le sol ; toujours des animaux marins circulent ça et là, des monstres nagent entre les navires qui se traînent, lents et inertes. » (v. 113-129, trad. A. Berthelot).

49Citant ces vers, Vossius prétendait avec optimisme : « ils paraissent s’appliquer à l’Amérique », ce qui est loin d’être évident, puisque le périple d’Himilcon, tel que le présente Aviénus, se serait surtout effectué en direction du nord, au large des côtes européennes de l’Atlantique.

50Tels sont les auteurs principaux invoqués au cours des discussions qui opposaient les tenants des thèses opposées sur la connaissance que les Anciens avaient pu avoir de ce Nouveau Monde récemment découvert. Ce sont en majeure partie des auteurs latins plus ou moins tardifs (mais on évoquait aussi à l’occasion les poètes Virgile ou Ovide) ; les quelques auteurs grecs cités semblent l’avoir été le plus souvent à travers des traductions latines.

51Or, si l’on voulait montrer que les Anciens ont, sinon connu l’Amérique, du moins subodoré l’existence d’un continent ou de plusieurs continents inconnus, il existait nombre de textes grecs, à teneur plus ou moins scientifique, qui auraient fourni, sur bien des sujets de la controverse, des arguments de poids.

III. D’autres textes utiles, mais non utilisés

52Les grands thèmes abordés dans ces débats portaient essentiellement d’abord sur la possibilité pour les anciens d’envisager d’autres mondes habités, en dehors de celui qu’ils occupaient, puis sur leur ignorance supposée de l’hémisphère austral, enfin sur la croyance en l’inhospitalité pour les humains de la zone dite torride, entre les tropiques. Si ces thèmes avaient déjà fait dans l’Antiquité l’objet de maintes discussions, plus ou moins passionnées, le monde savant avait, lui, sur bien des points, des opinions relativement justes, dont poètes et écrivains, grecs ou latins, se sont faits souvent les échos.

Les autres « mondes habités » possibles

  • 68Sur ce géographe célèbre, cf. par exemple, G. Aujac, Claude Ptolémée, astronome, astrologue, géog (…)

53Les géographes grecs en général – Claude Ptolémée 68 étant une exception tardive – ont considéré que « notre » monde habité, soit les trois continents connus, Europe-Asie-Afrique, était situé au nord de l’équateur, dans un des quarts du globe terrestre. Les trois autres quarts, encore inconnus, vu l’impossibilité de s’aventurer très loin des côtes, pouvaient donc être occupés par des terres, peuplées ou non, ou par de vastes mers.

  • 69Sur Ératosthène de Cyrène ( 275-195), qui fut à la tête de la Bibliothèque d’Alexandrie pendant (…)
  • 70Ératosthène avait évalué à 252 000 stades la circonférence terrestre, ce qui mettait le degré de (…)
  • 71Sur Strabon ( 63 av.- 24 ap. J.-C.), contemporain de l’empereur Auguste, cf. G. Aujac, Strabon (…)

54Ératosthène de Cyrène 69, qui avait le premier, au IIIe s. av. J.-C., mesuré de façon scientifique la circonférence terrestre, attribuait à la longueur du monde connu, d’Est en Ouest, le long du parallèle de Rhodes (36° N) considéré comme le parallèle central de la carte, un peu plus du tiers du parallèle entier. D’où il concluait que, « si l’immensité de l’océan Atlantique n’y faisait obstacle, il nous serait possible d’aller par mer d’Ibérie jusqu’en Inde : il suffirait de suivre le même parallèle et de parcourir la section qui reste, une fois ôtée la distance définie ci-dessus, soit un peu plus du tiers de la circonférence totale, en admettant une valeur inférieure à 200 000 stades pour le parallèle d’Athènes 70 sur lequel a été faite la précédente répartition en stades depuis l’Inde jusqu’à l’Ibérie. » (Strabon, Géogr. I, 4, 6). Si Strabon 71, qui transmet l’enseignement d’Ératosthène, reconnaît que le raisonnement est correct du point de vue mathématique, il émet des doutes sur la réalisation d’un tel projet, car « l’on admet que, dans la même zone tempérée, il peut y avoir deux mondes habités ou plus, et surtout à la hauteur du parallèle d’Athènes, dans la partie qu’il décrit à travers l’Océan Atlantique » (Géogr. I, 4, 6). La possibilité d’un autre continent, habité ou non, dans la zone tempérée nord était donc communément envisagée.

55Vers le milieu du IIe s. av. J.-C. en effet, le stoïcien Cratès de Mallos, qui fut directeur de la Bibliothèque de Pergame, s’était rendu célèbre pour avoir fabriqué un globe terrestre de trois mètres de diamètre (cf. Strabon, Géogr. II, 5, 10) sur lequel il avait représenté quatre mondes habités symétriques, séparés par des ceintures océaniques déployées l’une le long d’un méridien et l’autre le long de l’équateur ; de ces quatre mondes habités, un seul était connu, « le nôtre », les barrières océaniques empêchant que l’on ne débarque sur les autres. Voilà en tout cas une belle anticipation des expéditions futures, quand les navigateurs, connaissant l’usage de la boussole, auront la hardiesse de traverser ces océans, réputés infranchissables par les Anciens.

  • 72Sur Poseidonios, cf. n. 44. Les procédés utilisés par Ératosthène et par Poseidonios pour mesurer (…)

56Voulant rivaliser avec Ératosthène et sa mesure du globe terrestre, Poseidonios 72, utilisant un autre procédé, astronomique, qui se révélait bien peu fiable, réduisait à 180 000 stades la circonférence terrestre, ce qui rendait encore plus courte la distance à parcourir sur mer, d’Ibérie en Inde (il avait également réduit la longueur du monde habité) : « Poseidonios émet l’hypothèse que les quelque 70 000 stades qui représentent la longueur du monde habité valent la moitié du cercle entier sur lequel est prise cette longueur, de sorte que, dit-il, si, partant de l’Occident, l’on naviguait par vent d’est, au bout d’un nombre égal de stades, on aboutirait aux Indes. » (Strabon, Géogr. II, 3, 6).

  • 73Marin de Tyr, légèrement antérieur à Ptolémée, avait voulu corriger la carte du monde habité proc (…)

57Or c’est sur cette mesure (largement erronée) de la circonférence terrestre que se sont fondés Marin de Tyr 73 et Ptolémée. De plus, Marin de Tyr attribuait 225° de longitude à la longueur du continent eurasiatique, qui n’en vaut en fait que 140, du cap Vert à Pékin, ou de Gadès-Cadix au Japon. Ptolémée, probablement pour simplifier le tracé de la carte, réduisait à 180° l’extension du continent eurasiatique, mais ne le limitait pas, à l’Extrême Orient, par la mer, ce qui laissait supposer une continuation des terres au delà des 180°. L’un comme l’autre ont donné de faux espoirs (mais beaucoup de courage) à Christophe Colomb, qui possédait un exemplaire de la Géographie de Ptolémée en latin (elle avait été traduite dès 1409), dans l’édition de Rome de 1478. Porté par l’espérance, Colomb est parti à la recherche des Indes.

L’hémisphère austral

  • 74Sur les enseignements de la géométrie de la sphère, cf. G. Aujac, La sphère, instrument au servic (…)

58La géométrie de la sphère 74 avait appris depuis longtemps aux mathématiciens ou géographes grecs que le globe terrestre, réplique de la sphère céleste, comprenait deux hémisphères, l’un septentrional, l’autre méridional, séparés par l’équateur. Les zones étaient elles aussi symétriques par rapport à l’équateur ; dans l’hémisphère austral, il y avait donc une zone tempérée et une zone glaciale, équivalentes à celles de l’hémisphère nord. Strabon est très clair dans cet exposé qui présente l’essentiel des connaissances (théoriques) de l’époque. « Il faut poser en préalable que le ciel a cinq zones, cinq zones aussi la terre, et que les zones portent le même nom ici-bas qu’en haut […] Les zones seraient délimitées par des cercles parallèles à l’équateur, tracés de chaque côté de celui-ci, deux d’entre eux isolant la zone torride, deux autres à la suite formant à partir de la zone torride les deux zones tempérées, et à partir des zones tempérées les zones glaciales… Étant donné que l’équateur coupe en deux la totalité du ciel, nécessairement la terre est aussi divisée en deux par l’équateur terrestre. Chacun des hémisphères, au ciel comme sur terre, s’appelle l’un boréal, l’autre austral ; aussi puisque la zone torride est divisée en deux par le même cercle, une partie en sera boréale, l’autre australe. Il est clair également que, des deux zones tempérées, l’une sera boréale, l’autre australe, du nom de l’hémisphère dans lequel elle se trouve. On appelle hémisphère boréal celui qui contient la zone tempérée dans laquelle, en regardant d’Est en Ouest, on a le pôle à sa droite, l’équateur à sa gauche, ou encore celui dans lequel, quand on regarde vers le midi, on a le couchant à sa droite, le levant à sa gauche ; pour l’hémisphère austral, c’est l’inverse. » (Strabon, Géogr. II, 5, 3).

  • 75Géminos de Rhodes (fl. 50 av. J.-C.) est l’auteur d’un important traité (perdu) sur La Science ma (…)
  • 76Ce sont les Antichthones dont parlait Pline, à propos de Taprobane (cf. n. 55).

59Comme l’on pensait aussi que seules les zones tempérées étaient susceptibles d’être habitées, il était courant d’imaginer d’autres mondes habités possibles, en dehors du nôtre : on leur donnait, sans les connaître, des noms évocateurs. C’est l’enseignement que dispense Géminos 75, dans son Introduction aux Phénomènes, manuel élémentaire d’astronomie et de géographie mathématique. Selon sa nomenclature, « sont contigus les lieux situés dans la même moitié de la même zone ; sont symétriques les lieux situés dans la même zone, dans l’autre moitié du cercle ; sont opposés 76 ceux situés dans la zone tempérée australe mais dans un même hémisphère ; sont antipodes ceux situés dans la zone australe mais dans l’autre hémisphère, diamétralement opposés à notre monde habité, d’où leur nom d’antipodes : tous les graves en effet convergeant vers le centre du fait de l’attraction des corps vers le milieu, si, à partir d’un lieu quelconque situé dans notre monde habité, l’on tire une droite en direction du centre de la terre et si on la prolonge, les lieux situés à l’extrémité du diamètre dans la zone australe sont les antipodes de ceux situés dans la zone boréale » (Introd. aux Phén. XVI, 1-2). Mais ce vulgarisateur intelligent ne manquait pas de mettre en garde ses lecteurs contre une interprétation trop littérale de cet enseignement.. « Quand nous parlons de la zone australe et de ses habitants, en particulier des antipodes qu’elle abrite, il convient de ne pas se méprendre sur nos propos : nous n’avons aucune information sur la zone sud, nous ignorons si elle contient ou non des habitants, mais, étant donné le système sphérique d’ensemble, étant donné la forme de la terre et la progression du soleil entre les tropiques, il existe certainement une seconde zone, au sud, qui a le même climat tempéré que celle, au nord, où nous habitons nous-mêmes. De même quand nous parlons d’antipodes, nous n’affirmons pas qu’il existe effectivement des hommes qui nous seraient diamétralement opposés, mais seulement qu’il existe sur la terre un lieu habitable qui nous est diamétralement opposé. » (Introd. aux Phén. XVI, 19-20). On ne saurait être plus prudent.

60Nul des quelques auteurs, postérieurs à la découverte du Nouveau Monde, qui ont été retenus pour illustrer cette controverse sur les rapports entre les Anciens et l’Amérique ne cite cette si utile Introduction aux Phénomènes, dont l’édition princeps, avec traduction latine (sous le titre peut-être dissuasif de Elementa astronomiae), fut publiée à Nuremberg en 1590, puis à Lyon en 1603. Le traité de Géminos avait été traduit en arabe probablement vers le IXe siècle, et de là, traduit en latin par Gérard de Crémone, travaillant à Tolède vers 1170, puis en hébreu par Moses Ibn Tibbon, à Naples, en 1246. Quelques chapitres, dont celui sur les zones, en avaient été publiés en 1499 à Venise par les soins d’Alde Manuce, sous le titre trompeur de Sphère de Proclus, où le texte grec était accompagné d’une traduction en latin procurée par Thomas Linacre. Cela avait peut-être contribué à faire oublier le véritable auteur.

La zone torride habitable ? L’équateur tempéré ?

  • 77En fait Hérodote (Enquête IV, 42) parle des Phéniciens partis d’Égypte sur l’ordre du pharaon Né (…)
  • 78Héraclide du Pont ( 390-310), disciple de Platon, avait émis l’hypothèse que le Soleil était im (…)
  • 79Eudoxe de Cyzique serait venu en Égypte comme ambassadeur sous le règne de Ptolémée Évergète II ((…)
  • 80Cornelius Népos ( 99-24 av. J.-C.), cité par Pline II, 169 et par Pomponius Mela III, 9, 90, so (…)

61On se souvient que l’un des arguments utilisés par d’Acosta et d’autres pour montrer que les Anciens n’ont pas connu le Nouveau Monde est la conviction, qu’il prête d’ailleurs surtout à Aristote, que la zone torride serait inhabitable, alors que l’on avait fait l’expérience dorénavant qu’entre les tropiques la vie était parfaitement possible et le climat relativement agréable. D’où, pour les défenseurs des Anciens, les références aux récits des diverses circumnavigations de l’Afrique qui prouvaient que, dans le monde antique aussi, on savait que la zone torride n’était pas aussi insupportable que ne le prétendait la théorie. Les humanistes ne citaient que Pline l’Ancien. Mais Poseidonios avant lui avait rappelé « ceux dont la tradition veut qu’ils aient fait le tour de la Libye, évoquant l’opinion d’Hérodote 77 que des explorateurs à la solde de Darius auraient bouclé le circuit par mer, citant également Héraclide du Pont 78 qui, dans un de ses dialogues, fait dire à un mage arrivé chez Gélon qu’il vient d’effectuer le circuit par mer… Puis Poseidonios raconte l’histoire d’un certain Eudoxe de Cyzique 79 […] » (Strabon, Géogr. II, 3, 4). De cet Eudoxe, dont parle également Pline, sur la foi de Cornelius Népos 80, Poseidonios retraçait avec force détails les démêlés particulièrement rocambolesques avec les souverains d’Égypte, et les diverses tentatives de périples, souvent avortées, mais il reconnaissait honnêtement qu’il ignorait la fin de l’histoire. Or le tour de l’Afrique impliquait la traversée de la zone torride et la preuve que ces lieux étaient habités.

  • 81Ces 16 800 stades représentent 24 degrés de méridien. Même si personne n’avait jamais mesuré conc (…)
  • 82Ptolémée, lui, étend le monde habité au sud de l’équateur, jusqu’au parallèle 16° S, tandis que M (…)

62Si ces tentatives de circumnavigation de l’Afrique restaient épisodiques, et furent souvent contestées, les Anciens n’ignoraient pas qu’une grande partie de la zone torride était effectivement habitée. « Entre les tropiques, de nos jours, on est allé voir : on a constaté que la majeure partie en est habitable […] Sur les 16 800 stades 81 qui séparent le tropique d’été de l’équateur, il y en a quelque 8 800 qui ont été parcourus, et les informations sur ces régions ont été consignées à Alexandrie grâce aux souverains qui ont fait faire l’enquête […] On voit par là que l’opinion qui veut que la région située entre les tropiques soit inhabitée par suite de l’excès de chaleur, et particulièrement la partie située au centre de la zone torride, est erreur notoire. » (Géminos, Intr. aux Phén. XVI, 24-25). De fait, la carte du monde habité proposée par Ératosthène s’étend au moins vers le Sud 82 jusqu’au parallèle situé à égale distance du tropique et de l’équateur (12° N).

  • 83Polybe ( 203-120), un Grec de Mégalopolis, est l’auteur d’une Histoire en trente-neuf livres qu (…)
  • 84Les cercles tropiques en question sont les tropiques célestes. Pour les Grecs, les cercles fondam (…)
  • 85C’est aussi l’argument qu’avance Poseidonios, « que le déplacement du soleil sur le cercle obliqu (…)

63Bien plus, dans les milieux cultivés, l’opinion commençait à prévaloir que la zone équatoriale était plus tempérée que les zones tropicales. On s’était parfois demandé en effet si, dans la zone torride, la partie médiane n’était pas plus habitable que les bords. Géminos rappelle à ce sujet que « Polybe l’historien 83 a même composé un ouvrage intitulé Régions équatoriales, désignant par là les régions situées au centre de la zone torride. Il prétend que ces régions sont habitées et jouissent d’un climat plus tempéré que les contrées situées aux frontières de la zone torride. Il commence par faire état d’informations données par des témoins oculaires qui ont visité les lieux et expérimenté les apparences célestes ; puis il raisonne en s’appuyant sur le mouvement naturel du soleil. Le soleil en effet reste longtemps aux entours des cercles tropiques 84, dans son mouvement d’aller et retour, si bien que pendant quarante jours à peu près il séjourne sensiblement sur le cercle tropique ; c’est d’ailleurs la raison pour laquelle la durée des jours reste sensiblement la même durant quarante jours. Le soleil s’attardant ainsi sur les lieux situés sous les tropiques, il est inévitable que de tels lieux soient calcinés et inhabitables du fait de l’excès de chaleur. À l’équateur en revanche, il se trouve que les déplacements sont rapides 85 ; c’est pourquoi aussi la durée des jours subit de fortes variations au moment des équinoxes. Il est donc logique que les latitudes équatoriales soient plus tempérées, puisque le soleil, au lieu de s’attarder au zénith, s’en éloigne rapidement. Tous les lieux situés entre les tropiques sont bien dans une même position par rapport au trajet du soleil ; seulement le soleil reste plus longtemps au zénith pour les latitudes proches des tropiques ; c’est pourquoi les lieux situés sous l’équateur, en plein cœur de la zone torride, sont généralement plus tempérés que ceux situés aux frontières de la zone torride, c’est-à-dire sous les tropiques. » (Géminos, Intr. aux Phén. XVI, 32-38).

  • 86Sur le silphium, une plante aujourd’hui disparue, qui avait fait la richesse de Cyrène, cf. F. Ch (…)

64Avant Polybe, Ératosthène, après lui Poseidonios, avaient également soutenu l’opinion que l’équateur jouissait d’un climat plus tempéré que les zones tropicales. Poseidonios avait proposé de distinguer, « du point de vue des phénomènes humains, deux zones étroites situées sous les tropiques : le soleil y reste au zénith pendant à peu près la moitié d’un mois et elles sont divisées en deux par les tropiques. Ces zones ont ceci de particulier qu’elles sont complètement desséchées et recouvertes de sable, et qu’elles ne produisent que du silphium 86 et quelques fruits aigres et recuits […] Manifestement, ajoute Poseidonios, ces caractères sont particuliers à ces zones, car, plus au sud, les conditions atmosphériques sont plus tempérées, et la terre plus fertile et mieux arrosée. » (Strabon, Géogr. II, 2, 3). Strabon critique cette manière d’introduire deux zones tropicales ; il préfèrerait, lui, introduire une zone équatoriale. « Si, comme le dit Ératosthène, la région située sous l’équateur est tempérée (opinion partagée par Polybe […] ), mieux vaudrait définir une troisième zone tempérée, assez étroite, plutôt que d’introduire les zones tropicales. » (Géogr. II, 3, 2). Comme on peut voir, les discussions allaient bon train, dans l’Antiquité, à propos de la zone torride, de son extension et de son inaptitude prétendue à la vie humaine.

Conclusion

  • 87Copernic aussi, dans le De Revolutionibus, invoquait des garants antiques.
  • 88Les savants grecs sont très peu sollicités. Ératosthène, Poseidonios, Géminos, Ptolémée ne sont j (…)

65Les témoignages empruntés à des géographes des XVIe et XVIIe siècles montrent l’influence persistante de la culture classique, largement diffusée dans les écoles et les universités. D’où le désir de concilier les connaissances, théoriques plus que pratiques, des Anciens et les découvertes, théoriques mais surtout expérimentales, faites par les modernes. Tandis que Christophe Colomb faisait connaître de nouvelles terres, à l’Ouest, Nicolas Copernic (1473-1543) révolutionnait l’astronomie – jusqu’alors largement fondée sur l’hypothèse géocentrique – en mettant au point la théorie héliocentrique. Ce bouleversement des notions traditionnelles incitait les humanistes à chercher dans les textes anciens les signes avant-coureurs de ce que les modernes venaient de découvrir. Si l’on s’en tient au strict point de vue géographique 87, on constate l’abondance des références aux auteurs latins ; si l’on citait quelques textes grecs 88, plus ou moins authentiques, c’était le plus souvent à travers leur traduction latine. Et l’on sollicitait les œuvres littéraires plutôt que les traités véritablement scientifiques. Si Pline l’Ancien, avec son Histoire Naturelle, eut tant de succès au cours des siècles, c’est qu’il donnait à son lecteur l’illusion d’avoir consulté des sources nombreuses, grecques en particulier, et d’en reproduire plus ou moins fidèlement l’enseignement. La vague teinture scientifique ainsi obtenue dispensait de se plonger dans des lectures plus ardues.

66À la question : si les Anciens connaissaient l’Amérique, on ne peut répondre, comme Mélétios d’Arta et d’autres, que par la négative. En revanche, ce que l’on peut affirmer sans crainte, c’est que, confiants dans ce que leur apprenait la géométrie de la sphère dans le cadre du géocentrisme, les Grecs étaient persuadés qu’il pouvait exister d’autres mondes habités que celui qu’ils connaissaient ; ils n’excluaient nullement l’idée de les découvrir un jour, quand l’océan ne constituerait plus une barrière infranchissable. La découverte de l’aiguille aimantée au XIIIe siècle permit de réaliser ce rêve, alimenté par l’histoire mythique de l’Atlantide. La circumnavigation de l’Afrique, les expéditions égyptiennes à la recherche des sources du Nil, la reconnaissance de l’île Taprobane-Ceylan, laissaient penser que la zone dite torride n’était pas inhabitable ; Ptolémée d’ailleurs ne prolongeait-il pas jusqu’au sud de l’équateur un monde habité que l’on supposait jusqu’alors tout entier inclus dans l’hémisphère nord ?

  • 89Ortelius, Théâtre du Monde, Anvers, 1570.

67La mappemonde qui ouvrait la série des cartes dans la Géographie de Ptolémée, éditée à Ulm en 1482, montre l’Océan Indien encerclé de tous côtés par des terres. Quelque cent ans plus tard, la mappemonde d’Ortelius 89, qui fait état de la découverte du Nouveau Monde, déploie sur une bonne partie de l’hémisphère sud, jusqu’au pôle, une « Terra australis nondum cognita », avec la Terre des Perroquets, sous le cap de Bonne Espérance, et la Terre de Feu, séparée de l’Amérique du Sud par le détroit de Magellan. On peut lire : « Ce continent austral, plus d’un le nomme pays de Magellan d’après son inventeur. » Ce fameux continent austral, dont l’existence avait été pressentie par les Anciens, fut ardemment recherché par les marins de toutes nationalités, jusqu’à ce que l’explorateur anglais James Cook (1728-1779), patrouillant en 1772-1775 dans le sud de l’Océan Indien et du Pacifique, finisse par assurer : « J’ai fait le tour de l’hémisphère austral dans une haute latitude et je l’ai traversé de manière à prouver, sans réplique, qu’il n’y a point de continent, à moins qu’il ne soit près du pôle et hors de portée des navigateurs. » Comme l’Atlantide, le continent austral avait vécu. Mais comme l’Atlantide et les continents mythiques imaginés par les Anciens, il avait donné l’espoir de découvrir des terres inconnues, et le courage de partir à leur recherche.

Top of Page

Notes

1 Sur ce planisphère, cf. G. Aujac, “ Cartes géographiques en grec moderne imprimées à Padoue en 1700 ”, Geographia Antiqua 6 (1997), p. 165-181.

2 Chrysanthos Notaras (c. 1665-1733), neveu du patriarche de Jérusalem Dosithée auquel il succéda en 1707, fit des études à Constantinople, les compléta de 1697 à 1700 à Padoue, puis, sur le chemin du retour, passa par Paris où il fut accueilli par Cassini à l’Observatoire.

3 Cf. O. Boura, Les Atlantides. Généalogie d’un mythe, Paris, Arléa, 2003.

4 Cf. G.F. de Oviedo, Historia general y natural de las Indias, éd. J. Perez de Tudela Bueso, Biblioteca de Autores Espanoles, 117-121, Madrid, Atlas, 1959.

5 La Terre Ferme était, par opposition aux îles, le littoral de la mer des Caraïbes, vers la Colombie ou le Vénézuela.

6 G.J. Solin (fl. 200 ap. J.-C.), auteur d’un résumé géographique du monde connu dont les principaux éléments sont empruntés à Pline l’Ancien et Pomponius Mela

7 Cf. F.L. de Gomara, Primera parte de la Historia general de las Indias, p. 155-294 in Biblioteca de autores Espanoles, Historiadores primitivos de Indias, t. XXII, éd. Enrique de Vedia, Madrid, Atlas, 1946. Ce livre fut traduit en italien et publié à Rome en 1556, à Venise, en 1560 et 1565 ; traduit en français par Martin Fumée (à qui est empruntée la traduction), il fut publié à Paris en 1578, 1584, 1587, 1597 et 1605.

8 Ophir et Tharsis sont des lieux fabuleusement riches, évoqués dans la Bible, où le roi Salomon envoyait sa flotte pour en rapporter or, argent et autres denrées précieuses.(2 Chron. ou 2 Paralipomènes IX, 10 et 21).

9 Les vers de la Médée de Sénèque seront présentés dans la seconde partie de l’article.

10 Le Pérou avait été découvert en 1528 ; en 1535, Pizarro fondait Lima. José de Acosta avait appris suffisamment de Aymara et de Quechua pour composer un catéchisme trilingue (1583).

11 Les livres suivants furent rédigés en Espagne, en espagnol. Les livres III et IV portent sur la géographie physique et les ressources du pays, les livres V à VII traitent de géographie humaine. Cf. Obras del P. Jose de Acosta dans Biblioteca de Autores Españoles, Madrid, Atlas, 1954, et J. de Acosta, Histoire naturelle et morale des Indes Occidentales, trad. de J. Remy-Zéphir, Paris, Payot, 1979.

12 Cf. Historia I, 7-8 ; Lactance, l’apologiste chrétien mort en 323, niait leur existence. Saint Augustin (354-430), dans la Cité de Dieu (XVI, 9), n’y voyait qu’une simple hypothèse logique, sans aucun lien avec l’expérience.

13 Cf. Historia I, 9-10. Les Anciens répartissaient le globe terrestre en cinq zones, deux zones glaciales, autour des pôles, inhabitables par suite du froid, une zone torride entre les tropiques, inhabitable par suite de la chaleur, et deux zones tempérées, les seules considérées comme habitables. Pour les discussions passionnées dans l’Antiquité à propos de l’extension de ces zones, cf. Strabon, Géographie II, 2, 2 – 3, 2.

14 Les textes anciens invoqués, qui sont tous à peu près les mêmes chez les divers auteurs, seront examinés ensemble dans la seconde partie.

15 Il ajoute : « Quant à moi, je n’ai pas pour Platon une telle révérence » (Hist. I, 22).

16 C’est une vallée de la Grèce, entre l’Olympe et l’Ossa, dont Virgile a chanté la beauté.

17 G. Botero était surtout connu de son temps pour ses opinions politiques et ses études économiques. Son célèbre De la raison d’État, publié à Venise en 1589 et 1619, à Turin en 1596, fut traduit en plusieurs langues dont en français en 1606 par Pierre de Deimier. Un autre traité, Des causes de la grandeur des cités (Rome, 1598), semble avoir eu moins de succès.

18 Les trois historiens du Nouveau Monde présentés ici étaient des Espagnols, familiers pour l’essentiel des territoires découverts et occupés par l’Espagne en Amérique latine, Pérou, Colombie, Mexique, Panama. Botero leur emprunte sa connaissance du Nouveau Monde.

19 L’île de Taprobane est l’actuelle Sri Lanka (Ceylan), que les géographes grecs plaçaient vers 12° N (cf. Strabon, Géogr. II, 5, 35). Elle se trouve en fait entre 7° et 10° N. Ovide, dans les Pontiques I, 5, soulignait son excentricité : « Quel intérêt pour toi d’être loué par la brûlante Syène (sc. Assouan), ou par les lieux où l’Océan Indien baigne Taprobane ? » (v. 79-80). D’après Pline (Hist. Nat. VI, 81), Taprobane avait longtemps été considérée comme un autre monde et qualifiée de terre des Antichthones, ce qui la situait dans l’hémisphère sud. D’Acosta qui en parle aussi l’identifiait à Sumatra. Sur cette identification, fréquente à la Renaissance, cf. M.T. Gamblin, “ L’île Taprobane : problèmes de cartographie dans l’Océan Indien ”, in Géographie du monde au Moyen Âge et à la Renaissance, éd. M. Pelletier, Paris, éditions du C.T.H.S., 1989, p. 191-200.

20 Les deux derniers livres de cette première partie sont consacrés à la description du Nouveau Monde. La deuxième partie traite des principaux princes d’Europe, d’Asie, d’Afrique, avec un livre spécial pour les pouvoirs du Pape, du Roi Catholique et du Grand Turc. La troisième partie analyse les croyances et les religions des divers peuples connus. La quatrième partie porte sur le Nouveau Monde, sa connaissance de Dieu, son ignorance de l’Évangile et les efforts pour y remédier

21 Cette somme géographique eut des éditions nombreuses pendant tout le XVIIe siècle, trois à Leyde (1624, 1627, 1641), dix à Amsterdam (1629, 1651, 1659, 1661, 1663, 1677, 1682, 1683, 1683, 1697), quatre à Paris (1630, 1631, 1635, 1635), où fut publiée aussi, en 1642 et 1648, une traduction française de ce traité. Des grands noms participèrent de près ou de loin à ces diverses éditions : P. Bertius, Daniel Heinsius, Jean Bunon, Reiskius.

22 Cf. Aujac, “ Cartes géographiques ”, p. 169.

23 Accusé d’être partisan d’Arminius, le théologien protestant dont la doctrine, plus douce que celle de Calvin, était l’objet de maintes controverses, Vossius fut destitué de sa charge, mais rentra en grâce dès 1622.

24 Cette Magellanique ou terre australe comprenait tout ce qui se trouvait au sud du détroit de Magellan, soit, outre la Terre de Feu, un continent qui se prolongerait jusqu’au pôle sud, selon les cartographes du XVIe s. (Abraham Ortelius, 1570 et Gérard Mercator, 1587).

25 Vossius fait ici allusion au De Mundo qu’on attribuait souvent, à l’époque, à Aristote.

26 Cf. Diodore de Sicile, Bibl. hist. II, 55-60, et Strabon, Géogr. II, 5, 13.

27 L’édition princeps des Œuvres d’Aviénus, procurée par G. Valla et V. Pisani, avait été imprimée à Venise en 1488. Vossius cite les vers 113 à 129 des Ora Maritima.

28 Pour Strabon et pour la plupart des géographes grecs antérieurs à Ptolémée, le monde connu n’occupait même pas une moitié de l’hémisphère nord, donc même pas un quart du globe terrestre. D’où la possibilité d’imaginer l’existence d’autres terres inconnues dans les trois autres quarts du globe. L’hypothèse avait été matérialisée sur le globe terrestre fabriqué par Cratès de Pergame (fl. 165 av. J.-C.) à la surface duquel il avait représenté quatre mondes, habités ou non, séparés par des ceintures océaniques infranchissables. De ces quatre mondes imaginaires, un seul, « le nôtre », était connu.

29 José de Acosta avait déjà indiqué « que quelques auteurs ont cru qu’Ofir signifie Pérou dans les Saintes Écritures » (Hist. I, 13) ; Ofir est ce lieu mystérieux où la flotte de Salomon se rendit et d’où elle rapporta au roi 450 talents d’or (2 Paralipomènes VIII, 18).

30 Mélétios était allé très jeune s’instruire en Vénétie où il fut en contact, par intermédiaire livresque, avec l’essentiel du monde savant.

31 Les climata sont des bandes parallèles, à la surface du globe terrestre, de largeur variable, qui ont même durée du jour solsticial et sensiblement même hauteur du pôle au dessus de l’horizon. Ptolémée, dans la Syntaxe Mathématique (II, 6), dresse un tableau des climats depuis l’équateur jusqu’au pôle.

32 Cf. Platon, Timée, Critias, éd. et trad. A. Rivaud, Paris, C.U.F., 1925 (6e tir. 1985) ou Platon, Œuvres complètes, trad. L. Robin et J. Moreau, 2 tomes, Paris, Pléiade, 1950.

33 Gomara, Primera parte, p. 165, 167, 292.

34 Proclus de Lycie (410-485), l’un des personnages influents du néo-platonisme, enseigna à Athènes de 438 à 485. Son Commentaire sur le Timée fut imprimé à Bâle en 1534, et l’édition gréco-latine d’Émile Portus à Hambourg en 1618. Cf. Proclus, Commentaire sur le Timée, trad. A.-J. FestugiÈre, Paris, Vrin, 1966.

35 Cf. L. Taran, “ Proclus on the old Academy ”, in Proclus, lecteur et interprète des Anciens, Actes du colloque Paris 1985, publiés par J. Pépin et H.D. Saffrey, Paris, éd. du CNRS, 1987, p. 227-276. Pour Crantor, Platon avait attribué le récit sur l’Atlantide à des Égyptiens afin de faire témoigner par les Égyptiens eux-mêmes que l’État idéal présenté dans la République n’était pas emprunté à l’Égypte, comme le prétendaient des adversaires de Platon. D’où ce récit assurant qu’Athènes jadis avait eu une excellente constitution.

36 Origène (185-254), célèbre théologien et exégète des textes bibliques, « disait que le récit était une fiction » (Proclus, Comment. 83, 27). Pour Porphyre (233-305) et son commentaire du Timée, perdu, cf. Porfirio, I frammenti dei commentari al Timeo di Platone, traduzione a cura di A.R. Sodano, Portici (Napoli), Centro Bibliotecario, 1974.

37 Les Œuvres complètes de Platon traduites en latin par Marsile Ficin ont fait l’objet de maintes éditions, Venise 1491 et 1581, Florence 1494, Bâle 1532, 1539, 1546, 1561, Lyon 1550 et 1590, Francfort 1602.

38 Cf. Diodore de Sicile, The Library, éd. et trad. C.H. Oldfather, Londres-Cambridge, Loeb Library, l. II, 1933 (repr. 1979) ; l. V, 1939, (repr. 1993).

39 La description de ces eldorados plus ou moins mythiques est assez fréquente chez les auteurs anciens. Mais les Grecs situent plutôt ces pays vers l’Orient, en des endroits théoriquement accessibles. Strabon par exemple décrit l’Albanie, sur la rive ouest de la mer Caspienne et au sud du Caucase, comme une terre au sol si fertile qu’il produit spontanément toutes sortes de fruits : « les hommes sont exceptionnellement beaux et grands, simples dans leurs manières et dépourvus de tout esprit mercantile » (Géogr. XI, 4, 3-4). L’Hyrcanie de même, sur le bord méridional de la mer Caspienne, est présentée comme extrêmement fertile : « un plant de vigne produit un métrète (sc. 40 litres) de vin, le blé repousse du grain tombé de l’épi, les abeilles édifient leurs ruches dans les arbres et le miel ruisselle des feuilles. » (Géogr. XI, 7, 2). Mais Diodore de Sicile, fidèle sujet de l’empire Romain, préfère situer son Eldorado en plein Océan, hors d’atteinte des hommes.

40 Diodore ajoute (II, 56) qu’ils avaient la langue divisée en deux parties, si bien qu’ils pouvaient converser avec deux hommes à la fois.

41 Palibothra, capitale de l’Inde du Nord, est l’actuelle Patna.

42 Cf. par exemple la carte de la Mer Pacifique, établie par Abraham Ortelius en 1589, et incluse dans son Theatrum orbis terrarum, Anvers, 1592, où la « Terra australis sive Magellanica nondum detecta » couvre toute la partie sud de la Mer Pacifique. De même sur la carte circulaire catalane de Modène, datée de 1450, la plus grande partie de la moitié sud est occupée par la demi-lune d’un continent inconnu, « terra australis incognita ».

43 Cf. Ps. Aristote, Du Monde, trad. et notes J. Tricot, Paris, Vrin, 1990. Mais G. Reale et A.P. Bos, Il Trattato Sul Cosmo per Alessandro attribuito ad Aristotele (Milan, Vita e Pensiero, 1974, repr. 1995) soutiennent que ce traité est vraiment d’Aristote.

44 Pour Poseidonios de Rhodes, ou d’Apamée (c. 135-50), dont toute l’œuvre est perdue, cf. K. Reinhardt, Poseidonios, Munich, Beck, 1921, ou M. Lafranque, Poseidonios, essai de mise au point, Paris, P.U.F., 1964. Et aussi, Posidonius, I, The Fragments, II, The Commentary, L. Edelstein and I.G. Kidd, Cambridge, University Press, 1972 et 1988.

45 Cf. Apulée, Opuscules Philosophiques (Du Dieu de Socrate, Platon et sa doctrine, Du Monde) et fragments, éd. et trad. J. Beaujeu, Paris, C.U.F., 1973. Dans le passage auquel Cluvier fait allusion, Apulée disait : « Je n’ignore pas que la plupart des spécialistes ont divisé ainsi les terres émergées : pour une part, selon eux, ce sont des îles ; l’autre part, ils l’ont appelée continent, sans savoir que toute l’immensité de notre continent est entourée par l’Océan Atlantique et ne forme elle-même qu’une île avec toutes ses îles. En effet il y en a de semblables à celles-ci, les unes plus grandes, les autres plus petites, qu’entoure l’Océan ; mais elles passent à juste titre pour inconnues puisque même celle-ci que nous habitons, nous ne pouvons la parcourir tout entière. Car de même que les flots séparent ces îles proches qui se trouvent dans notre mer, de même les îles lointaines situées dans l’Océan universel sont environnées par des étendues d’eau plus vastes. » (392b-393a).

46 Cf. L. Minio-Paluello, Opuscula – The Latin Aristotle, Amsterdam, Hakkert, 1972, p. 108-113.

47 Cf. Aristotle, t. XIV, transl. W.S. Hett, Londres-Cambridge, Loeb Library, 1980. Montaigne lui aussi faisait appel, on l’a vu (cf. supra, p. 172), au témoignage de ce traité d’Aristote, « au moins si ce petit livre est à lui ».

48 Il semble que Vossius se soit cherché ici des garants. Jean Becan (ou Goropius Becanus), né en 1518 dans le Brabant, se fixa par la suite à Anvers où il mourut en 1572 ; il rédigea les Origines d’Anvers en neuf livres dont le troisième avait pour titre Niloscopium. Le Français Adrien Turnèbe (1512- 1565) occupa à partir de 1547 la chaire de grec puis de philosophie grecque et latine à Paris, où il eut pour élève H. Estienne ; les Adversaria, en trois parties, réunissaient des notes sur les auteurs anciens, parcourus dans le désordre (Strasbourg, 1604). Jacques de Pamèle (1536-1587), né à Bruges, étudia la philosophie à Louvain puis Paris ; il édita Cassiodore, Cyprien et Tertullien (Paris, 1584).

49 Le cercle arctique en question n’est pas notre cercle polaire, mais le parallèle 54° N (ou S), qui en fait se trouvait être le cercle de perpétuelle visibilité pour l’horizon de Rhodes (36° N).

50 Cf. Météorologiques II, 5, 362 a 33–b 10 : « Il y a deux secteurs habitables à la surface de la terre, l’un dans lequel nous habitons, vers le pôle supérieur, l’autre vers l’autre pôle, le pôle sud… Ce sont les seules régions habitables. Les régions au delà des tropiques ne sont pas habitables, car l’ombre ne s’y dirige pas vers le nord, et nous savons que la terre cesse d’être habitable avant que l’ombre disparaisse ou se dirige vers le sud, tandis que les régions situées sous l’Ourse sont inhabitables par suite du froid. » En fait Aristote, après avoir indiqué que sont habitables les deux zones tempérées, nord et sud, ne considère par la suite que les limites de la zone comprise dans l’hémisphère nord, laissant au lecteur le soin d’extrapoler pour l’hémisphère sud. José de Acosta avait cité, dans ce même chapitre des Météorologiques, le passage précisant que, « si l’immensité de la mer ne l’empêchait, l’on pourrait faire le tour de la terre en longitude. » (362 b 18).

51 Sur le périple d’Hannon, cf. J. Desanges, “ Les routes africaines de l’aventure, rêve et réalité ”, in Les routes millénaires, Paris, Nathan, 1988, p. 65-86. Hérodote avait également relaté (Enquête IV, 42) le périple des marins de Néchao autour de l’Afrique : « Et ils racontaient – chose que, quant à moi, je ne crois pas, mais que d’autres peuvent croire – que, pendant qu’ils accomplissaient le périple de Libye, ils avaient eu le soleil à leur droite. »

52 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle II, éd. et trad. J. Beaujeu, Paris, C.U.F., 1950.

53 Il s’agit d’Eudoxe de Cyzique, dont l’histoire est racontée avec force détails par Strabon (Géogr. II ,3, 4) sur la foi de Poseidonios. C’est également de Poseidonios que la tient Cornelius Népos, cité par Pline et aussi par Pomponius Mela, Chorographie III, 9, 90.

54 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle VI, éd. J. AndrÉ et trad. J. Filiozat, Paris, C.U.F., 1980.

55 Dans la conception traditionnelle, d’un globe terrestre abritant peut-être quatre mondes habités dans les quatre quarts du globe, dont un seul, le nôtre, serait connu, les Antichthones seraient les habitants du monde situé dans l’hémisphère sud, au dessous du monde connu, tandis que les antipodes occuperaient l’autre quart du même hémisphère sud.

56 Mégasthène (fl. 300 av. J.-C.) fut ambassadeur de Séleucos Nicator auprès du roi Maurya Sandracottos à Palibothra (sc. Patna). Il composa des Indica en quatre livres, très utilisés par les géographes postérieurs.

57 Ératosthène de Cyrène (c. 275-195), l’inventeur du terme geographia et le premier auteur d’un traité portant ce titre, dressa aussi la première carte scientifique du monde habité fondée sur sa mesure de la circonférence terrestre obtenue par moyens gnomoniques. Cf. G. Aujac, Ératosthène de Cyrène, le pionnier de la géographie, Paris, éd. du C.T.H.S., 2001.

58 Corneille s’en est inspiré pour sa propre Médée.

59 Cf. par exemple, Questions Naturelles VII, II, 3 : « Est-ce le monde qui tourne autour de la terre immobile ou le monde est-il fixe et la terre roule-t-elle dans l’espace ? En effet des savants ont affirmé que l’univers nous emporte sans que nous nous en doutions ; dès lors les levers et les couchers ne sont pas les effets du mouvement du ciel, c’est la terre qui se lève et qui se couche. Voilà une question digne que nous l’examinions. Car il s’agit de savoir quelle est notre situation dans le monde, si nous avons en partage la demeure la plus paresseuse ou la plus rapide, si Dieu fait rouler l’univers autour de nous, ou si c’est nous qu’il mène. » (trad. P. Oltramare, Paris, C.U.F., 1929). Allusions aux hypothèses révolutionnaires d’Héraclide de Pont (c. 390-310) et d’Aristarque de Samos (c. 310-230), qui plaçaient le soleil au centre et faisaient tourner la terre autour de lui.

60 Cf. Sénèque, Tragédies, t. I, Hercule furieuxles Troyennesles PhéniciennesMédée, éd. et trad. F.R. Chaumartin, Paris, C.U.F., 1996 ; ou Sénèque, Médée, trad. Ch. Guittard, Paris, Flammarion, 1997, dont j’emprunte la traduction.

61 Allusion à l’expédition des Argonautes vers la Colchide, sur la rive orientale de la mer Noire, en quête de la Toison d’or ; ils s’en empareront avec l’aide de Médée, la fille du roi de Colchide, amoureuse de Jason. Le récit légendaire de l’expédition avait été chanté en grec par Apollonios de Rhodes, au IIIe s. av. J.-C., et en latin par Valerius Flaccus (c. 45-88 ap. J.-C.).

62 Thulé était l’île mystérieuse, dont avait entendu parler Pythéas le Massaliote, dans son périple autour de l’Europe du Nord-Ouest : le jour du solstice d’été, le soleil ne se couchait pas ; Thulé était donc sur le cercle polaire, à 66° N. Pour Pythéas et Ératosthène, le parallèle de Thulé constituait la limite septentrionale du monde habité. D’où l’Ultima Thule de Virgile.

63 Parmi eux, se trouvait Lopez de Gomara, comme il a été signalé plus haut (p. 164).

64 Cf. Festus Avienus, Ora Maritima, ed. et trad. A. Berthelot, Paris, librarie anc. H. Champion, 1934. Avienus est aussi l’auteur d’une Description du monde, en quelque 1400 hexamètres s’inspirant beaucoup du poème grec de Denys le Périégète (fl. 130. ap. J.-C.).

65 Ces îles où l’on se procurait de l’étain étaient appelées par les Grecs Cassitérides. On les situait soit vers l’archipel des Sorlingues, devant la Cornouaille anglaise, soit au large du cap Finisterre, pointe extrême au Nord-Ouest de l’Ibérie. On hésitait d’autant plus sur leur localisation que le trajet vers ces îles avait été longtemps tenu secret par les commerçants phéniciens ou carthaginois désireux de conserver le monopole sur ce produit précieux et rare. Cf. Strabon, Géogr. III, 5, 11.

66 Tartessos, proche de l’embouchure du Guadalquivir, avait été occupée par les Phéniciens, hardis marins et grands commerçants, qui importaient l’étain de Grande-Bretagne.

67 La reconnaissance des côtes atlantiques de l’Europe par Himilcon eut lieu vers 500 av. J.-C., mais ce qui en est dit ici rend difficile l’identification de son itinéraire.

68 Sur ce géographe célèbre, cf. par exemple, G. Aujac, Claude Ptolémée, astronome, astrologue, géographe, Paris, éd. du C.T.H.S., 1993 (repr. 1998).

69 Sur Ératosthène de Cyrène (c. 275-195), qui fut à la tête de la Bibliothèque d’Alexandrie pendant une cinquantaine d’années , cf. n. 57.

70 Ératosthène avait évalué à 252 000 stades la circonférence terrestre, ce qui mettait le degré de méridien à 700 stades. Les parallèles à la surface du globe terrestre étant tous inférieurs à l’équateur, à proportion de leur éloignement, le parallèle de Rhodes (ou d’Athènes), à 36° N, était évalué à 200 000 stades en chiffres ronds : le degré de longitude sur le parallèle de Rhodes valait alors dans les 555 stades. La longueur du monde habité, de l’Ibérie jusqu’en Inde, avait été fixée par Ératosthène à quelque 78 000 stades (soit dans les 140° de longitude). On a beaucoup discuté sur les diverses valeurs du stade, dont l’une, 157m 50, serait assez proche du stade théorique d’Ératosthène, sept centième partie d’un degré de méridien.

71 Sur Strabon (c. 63 av.- 24 ap. J.-C.), contemporain de l’empereur Auguste, cf. G. Aujac, Strabon et la science de son temps, Paris, Les Belles Lettres, 1966. Et aussi et surtout Strabon, Géographie, t. I (l. I et II), éd. et trad. G. Aujac, Paris, C.U.F., 1968.

72 On Poseidonios, cf. n. 44. The methods used by Eratosthenes and Poseidonios to measure the Earth’s circumference were described in the IIe s. ap. J.-C. par Cléomède, De motu circulari I, 10 (ou Théorie élémentaire, trad. R. Goulet, Paris, Vrin, 1980, p. 121-126).

73 Sailor of Tyre, slightly prior to Ptolemy, had wanted to correct the map of the inhabited world provided by Eratosthenes, but there had been occasional corrections, which gave Ptolemy the desire to carry out a complete repair of the map, on new fees.

74 On the teachings of the geometry of the sphere, cf. G. Aujac, La sphère, instrument au service de la découverte du monde, Caen, Paradigme, 1993.

75 Géminos of Rhodes (fl. 50 BC) is the author of an important (lost) treatise on Mathematical Science, an Abstract of the Meteors of Poseidonios (also lost), and this popularization manual fortunately preserved. Cf. Géminos, Introduction aux Phénomènes, éd. et trad. G. Aujac, Paris, C.U.F., 1975.

76 It was the Antichthones of whom Pliny spoke, about Taprobane (cf. n. 55).

77 In fact Herodotus (Inquiry IV, 42) speaks of the Phoenicians who left Egypt on the order of Pharaoh Nechao, between 609 and 594, and who after three years of journey had returned to Egypt via the Strait of Gibraltar.

78 Heraclid of Pontus (c. 390-310), a disciple of Plato, had hypothesized that the Sun was motionless and that the Earth was circulating around it. All his work is lost. Gelon (c. 540-478) became tyrant of Syracuse in 485; the Magi were Babylonian scholars: they would have arrived in Sicily after circling Africa and crossing the Strait of Gibraltar.

79 Eudoxus of Cyzicus is said to have come to Egypt as ambassador during the reign of Ptolemy Evergetes II (regn. 146-117); he made several attempts, the final result of which Poseidonios did not know. Pliny (II, 169) says the success, on the basis of a statement by Cornelius Nepos.

80 Cornelius Nepos (c. 99-24 BC), quoted by Pliny II, 169 and pomponius Mela III, 9, 90, maintained that this Eudoxus, which left the Arabian Gulf, had reached Gades by going around Africa.

81 These 16,800 stages represent 24 degrees of meridian. Even if no one had ever concretely measured this distance, the evaluation was easy since the measurement of the Earth’s circumference made by Eratosthenes: the degree of meridian was worth 700 stages; and for the tropical-equator distance, it had long been fixed at 1/15 of a large circle, although Eratosthenes had found a better value. But the Greeks always preferred to use round figures and useful approximations.

82 Ptolemy extends the inhabited world south of the equator to the parallel 16° S, while Marin of Tyre extended it to the winter tropic (24° S).

83 Polybius (c. 203-120), a Greek from Megalopolis, is the author of a History in thirty-nine books that traces the irresistible rise of Roman power; Staying in Rome as a hostage after the defeat of the Achaean League, he formed friendships with the Scipio family, accompanied Scipio Emilian to Spain and Numidia, returned with him to Africa, and explored the coasts of Mauritania. Book XXXIV, lost, was devoted to geography, with insights into the continents and the settlement of the equatorial zone.

84 The tropic circles in question are the celestial tropics. For the Greeks, the fundamental circles of the sphere (equator, tropics, Arctic circles) are first and foremost celestial circles, of which the terrestrial circles are only the projection.

85 This is also the argument put forward by Poseidonios, “that the movement of the sun on the oblique circle (sc. the ecliptic) is faster there, as is its movement from East to West, because, among the movements made at similar speed, the fastest are those which are made on the largest circle” (Strabo, Geogr. II 3, 2).

86 On silphium, a plant now extinct, which had made the wealth of Cyrene, cf. F. Chamoux, Cyrène sous la monarchie des Battiades, Paris, 1952, p. 246-264.

87 Copernicus also, in the De Revolutionibus, invoked ancient guarantors.

88 Greek scholars are very little solicited. Eratosthenes, Poseidonios, Geminos, Ptolemy are never named (Strabo is little), for the benefit of the philosophers Plato, Aristotle, Proclus.

89 Cf. Ortelius, Théâtre du Monde, Antwerp, 1570.

Haut de page

Table of illustrations

Title Plate 5: Map of the ancient and modern world in two hemispheres, attached to the Introduction to Geography and the Spherical by Chrysanthos Notaras (Bibl.Universitaria, Padova).  
URL http://anabases.revues.org/docannexe/image/1446/img-1.png  
File image/png, 303k  

Top of Page

To quote this article

Paper reference

Germaine Aujac, “Did the Ancients Know America? A controversial question in the sixteenth and seventeenth centuries”, Anabases, 1 | 2005, 163-191.

Electronic reference

Germaine Aujac, “Did the Ancients Know America? A controversial issue in the sixteenth and seventeenth centuries”, Anabases [Online], 1 | 2005, posted September 13, 2011, accessed May 24, 2015. URL : http://anabases.revues.org/1446

Top of Page

Author

Germaine Aujac

University of Toulouse-Le Mirail

Articles by the same author

Published in Anabases20 | 2014

Published in Anabases19 | 2014

Published in Anabases19 | 2014

Published in Anabases19 | 2014

Published in Anabases18 | 2013

Published in Anabases10 | 2009

Top of Page

Copyright

© Anabases